Venez-vous amuser dans le royaume de Fiore! dans quel camp allez-vous être? guilde légale ou illégale?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shannon Valchera [Terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shannon Valchera

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 26
Localisation : Pas bien loin de toi.

Magic Fiche
Plus sur vous:
Joyaux(Argent)::
1500/10000  (1500/10000)
Magic'xpérience(xp)::
3551/8500  (3551/8500)

MessageSujet: Shannon Valchera [Terminer]   Jeu 26 Avr - 14:22


|- Présentation de Shannon VALCHERA -|


|- Nom -> VALCHERA
|- Prénom -> Shannon
|- Age -> 19 ans
|- Sexe -> M
|- Arme(s) -> Ahah
|- Magie(s) -> Magie de la lumière.
|- Guilde ->Solitaire
|- Rang -> A vous de décider



Descriptions Physique

En voilà une question bien étrange. Vous me demandez de me décrire physiquement ? Je vous accorde que c'est assez intéressant comme demande, mais est-il vraiment nécessaire de le faire ? À quoi est-ce que ça sert. Le physique est et sera toujours un point très important dans la vie de tous les jours puisque c'est avec lui que nous sommes jugé en premier lieu. D'un simple regard nous nous retrouvons très vite catégorie, que se soit au niveau de notre visage, de notre coiffure, de nos courbes ou bien sur nos goûts vestimentaire, nous serons toujours jugé sur notre apparence malheureusement. Comme tout le monde le sait si bien, il faut toujours faire bonne impression, non pas seulement dans notre façon de nous comporter mais également dans notre apparence. Venir avec une allure peu raisonnable aura des répercutions sur certaines relation, un petit pas de travers et nous voilà mit sur le bas côté. La citation « Ne jugez pas un livre sur sa couverture » devrait s'appliquer à chaque être vivant existant sur cette terre, c'est une phrase à la fois vrai et fausse, gardant en son sein un sens pur mais aussi démoniaque. Les apparences sont parfois trompeuses, souvent même. Une personne, aussi belle soit-elle, peut être un véritable monstre tout comme une personne que d'autre trouverait hideuse peut être un véritable ange. Il ne faut jamais se fier à ce que l'on croit voir puisqu'il est facile de jouer la comédie, de se cacher derrière un masque. Mais nous nous égarons un petit peu trop je pense, retournons alors au sujet principale qui n'est tout autre que ma magnifique personne.

Tout ce que je peux vous dire c'est que je ne si ni trop grand, ni trop petit, tout dépend du point de vue de la personne qui se trouve en face de moi. Il y en a qui peuvent me regarder de haut tout comme ils peuvent se faire un mal au dos. Je mesure seulement un mètre soixante dix-sept pour un poids tout à fait convenable qui met bien en valeur les atouts de mon corps. Ni trop maigre sans en avoir la peau sur les os ni trop gros parce que je ne possède pas un poil de graisse, je ne pèse seulement que cinquante-six kilogrammes, si ce n'est moins. Mon corps est assez fin et ma peau très douce au toucher, un touché qui d'ailleurs pourrait vous arrivez d'expérimenter, si jamais je vous en donne l'occasion. J'ai de la chance que la nature m'ait doté d'un physique bien agréable à regarder mais aussi d'une musculature dont je n'ai pas à m'inquiéter sans arrêt. Mes épaules ne sont peut-être pas bien large, je ne suis peut-être pas carré de partout, mais elles sont chaude et accueillantes, s'il vous fait pleurer, elles sont là pour vous soutenir. Mon dos quand à lui est grand, pas très musclé c'est vrai, mais pourtant bien assez fort pour être capable de vous porter lorsque vous avez besoin de vous reposer. On ne dirait pas comme ça, mais je préfère d'avantage parler avec mon corps qu'avec des mots, bien que se ne soit pas toujours ce qu'il y a de plus compréhensible, ça reste du moins le plus sincère. Je suis chaud, enfin ce que je veux dire par là c'est que mon corps est chaud et mes bras accueillant eux aussi, du coup, si vous avez envie d'un câlin ou tout simplement vous blottir contre moi, vous êtes les bienvenues. Ma gestuelle habituelle est élégante et pleine de charme, à la fois séductrice et dévastatrices, mes mouvements ne sont pas fait inutilement, ils sont au contraire pleins de sens et recherchent toujours un quelconque résultat, même si ce n'est inconsciemment. Droit et fort, j'ai du charisme et je le sais, je n'hésite pas à le mettre en valeur pour en imposer.

Il n'est pas difficile de me voir de loin, ce qu'on remarque en premier chez moi est certainement la couleur de mes cheveux. En effet, ils ne sont ni brun ni blond, mais d'une couleur plus particulière. Doux et agréable au touché, il arrive parfois qu'ils vous fassent frémir lorsque vous les caresser, allez savoir pourquoi. Ma chevelure soyeuse et parfumé dont la teinte est aussi froide et pure que l'hiver s'associe à merveille avec ma personnalité. Figé entre le mauve, le bleu et le blanc, une pierre de cristal qui pourrait vous plonger dans le sommeil le plus rafraîchissant du monde. En dehors de la neige immaculé, elle inspire également la nouveauté, le mystère et l'inconnu, apportant ainsi une atmosphère qui me rend un peu plus inaccessible. Ils ne sont ni trop long ni trop court, juste assez pour couvrir une bonne partie de ma nuque pour la protéger du vent ou d'un souffle inattendu. Nous allons dire qu'ils sont mi-long, bien qu'une bonne partie caresse mon visage. Taillés en pointes, ma coiffure montre bien qu'elle est assez déterminante dans ma personnalité. Couvrant et prononçant d'avantage mon regard, une longue mèche passe entre mes yeux pour venir caresser mon nez. Souvent bien coiffé, il m'arrive aussi d’avoir les cheveux en bataille et donc d’avoir des mèches rebelles par-ci par-là. Un doux voile cristallin qui cache derrière lui un regard profond et perçant.

Est-ce vraiment ce que l'on remarque en premier chez moi ? J'aimerai vous dire oui, tout du moins en ce qui concerne les personnes qui ne me connaissent pas. Selon les personnes qui composent mon entourage il est possible que je laisse entrevoir un autre point déterminant de l'être que je suis. J'aimerai vous dire que je suis comme tout le monde, mais ce n'est pas le cas, j'ai certain attribut qui font de moi une personne différente. Je ne suis pas le seul c'est vrai. Dans ce monde existe un bon nombre de créature doué de la parole et d’intelligence, les humains ne sont pas les seuls. Je fais partie d'une race quelque peu différente qui malgré tout possède un physique assez similaire avec seulement quelque chose en plus. Au dessus de ma tête, de chaque côté de celle-ci, perdu dans ma chevelure se trouve deux oreilles. Celles-ci sont bien dissimulées et ne ressemblent en rien à celles des humains, elles ont une forme bien particulière et sauvage. Lorsque je ne les caches pas par différente méthode, vous pouvez alors voir deux larges oreilles animales ressemblent à celles d'un chat ou bien d'un renard. Fines et délicates, sensible par moment au souffle du vent ou bien du votre, elles sont affutées. Grâce à elles je peux entendre des sons alors que d'autres n'y parviennent pas. Mais vous savez, mes oreilles ne sont pas les seules attributs animals que je possède en effet, en bas de mon dos, à la prologation de ma colonne vertébrale se trouve une queue semblable à celle des félins. Longue et fine également, elle est elle aussi de la même couleur que mes cheveux, un bleu profond et sombre qui met en valeur plus d'une de mes facettes. Lorsqu'elle est visible, elle remue selon ce que je ressens, comme par exemple de la colère, de la joie, de la surprise et j'en passe. Pour parvenir à cacher cette ensemble là j'utilise un pendentif magique qui permet de les dissimuler, ne laissant alors voir qu'une silhouette parfaitement humaine, c'est comme si je n'avais rien.

Descendons maintenant notre attention sur mon visage, en particulier sur mon regard qui parait si lointain. D'une valeur inestimable et d'une pureté incroyable. Une paire de cils fins et courbés sont parfaitement ordonnés au dessus de mes yeux, se fronçant par moment lorsque quelque chose attire mon attention ou me gêne. En dessous donc et parfaitement mit en valeur se trouve mes magnifiques yeux. Mes pupilles ne sont pas bien larges c'est vrai, mais c'est ce qui donne à mon regard cet aspect plus sournois et sérieux, plus fin et perçant. Effrayant et dévastateur par moment, elles sont suffisamment ouvertes pour laisser voir la mystérieuse couleur de mes iris. En effet, elle est comparable à plusieurs pierres précieuses, tel le saphir ou bien l'opaze, parfois même à l'Apatite ou la Tanzanite. Des teintes vraiment merveilleuses et qui possèdent de multiples signification, dont la plus part en rapport avec l'harmonie et la nature. Source de pureté et de calme, certaines représente la sagesse et la bonne santé, d'autre la bonne fortune et le bonheur. La teinte de mes yeux inspire également la communication, l'intuition, l'intégrité. Bien que l'Apatite est offerte pour lutter contre les virus, mon regard lui est tout le contraire, cherchant à vous percer de n'importe où pour s'immiscer dans votre cœur et votre esprit afin d'y injecter son venin. La première couche et certes merveilleuse, mais dans les profondeur de l'océan ce cache un royaume de ténèbres, un royaume dont on ignore encore beaucoup de chose. Lorsque je suis passionné ont peut voir dans mes yeux des étincelles de joie et d'amusement, me donnant à cet instant un air plus sociable et accueillant. Je ne vous cacherais pas que mon regard peut être vraiment terrifiant, pouvant même ressembler à celui d'un démon tant il peut faire peur.

L'harmonie dont je vous parlais un peu plus tôt s'accorde également au reste de mon visage, maintenant un équilibre cristallin avec mon petit délicat et taquin. Il n'y a pas grand chose à dire là-dessus, inutile de passer des heures à vous parlez de mon nez, bien qu'il soit mignon et adorable à regarder. Ce qui est plus important est ce qui se trouve juste en dessous de celui-ci, une délicieuse et fragile paire de lèvres légèrement rosées. Souriant avec malice et sournoiserie lors de certaines situation, elles forment en de rares occasions une expression de tranquillité et de douceur, étant plus souvent joueuses et fourbes. Perverses elles aussi, elles aiment parcourir la peau d'une femme avec gourmandise mais surtout avec charme et courtoisie. Ayant un grand respect pour le corps d'une femme, il est normal qu'elles se montrent plus douces et délicates, bien qu'elles peuvent aussi être passionnées. Pulpeuses et voluptueuses à souhait, ne vous donne-t-elle pas envie de croquer dedans comme s'il s'agissait du fruit défendu ? Derrière elles se trouve des dents d'une blancheur incroyable, toujours bien entretenue, je fais très attention à ma dentition. Parfaitement alignée, aucun défaut, j'aurai bien aimé avoir des crocs comme les vampires.

Ayant passé assez de temps à vous parler de mon visage, vous mourrez peut-être d'envie que je vous parle de ce qui y a à regarder un plus bas. Descendant alors le long de mon visage vous pourrez voir un cou adorable qui inviterait presque à venir déposer de nombreux baisés ou bien à venir vous nicher dans son creux pour y laisser votre souffle le caresser et vos larmes s'y échouaient. Je ne vais pas vous reparlez de mes épaules ou bien de mon dos, mais plus d'un autre élément qui doit certainement attirer quelque regard indiscret, si du moins mon apparence intéresse certaines personnes. Vous en bavez si vous l'apercevez, vous en fantasmez lorsqu'il apparaît, lorsqu'il est mouillé, lorsque les rayons du soleil se reflètent dessus, oui je parle bien de mon torse et tout ce qui va avec. Je n'ai pas des pectoraux comme les catcheurs, mais rien que pour ça, j'en suis reconnaissant à notre bon dieu. En effet, je n'aimerai pas voir sur mon corps une trace de ces muscles qui déformeraient ma belle silhouette. N'étant pas comme la plus part des sportif, je ne possède pas d'abdominaux aussi taillés qu'eux, ce qui rend mon ventre plat, mêlant ainsi le charme à la sensualité. Mes hanches sont peut-être fines, mais elles sont puissantes et résistent à bien des charges, étant plusieurs misent à rude épreuve lors d'ébats en tout genre. Ma silhouette est donc svelte et délicate, fine mais loin d'être fragile, pleine de douceur et de mystère, pouvant être capable d'animosité. Mon bassin n'est pas bien large et la délicieuse courbe que forme mes fesses est assez agréable à regarder je vous l'accord. Plus bas donc il y a mes jambes, aussi fines et élégante que le reste, fermes et puissante. Elles ont peut-être l'air fragiles, mais il en est rien, au contraire, elles sont puissantes et très agile.

Pour ce qui est du reste, c'est bien trop intime pour que je vous en parle. Du coup, il va falloir que vous veniez me voir en personne pour en savoir un peu plus.


Descriptions Mental

Houla, voilà un sujet bien délicat que nous abordons là. Il existe de nombreux point dans ma personnalité que l'on ignore encore aujourd'hui, personne ne sait qui je suis vraiment. Complexe et changeant, tout dépend de la personne avec qui je me trouve à ce moment-là, mon humeur également fait parti de ces détails qui sont capables de me faire changer en un instant. Un jour je vous salut, le lendemain je vous ignore et le jour d'après vous n'avez jamais été là. Quand je vous sourit, est-ce que je vous apprécie? Est-ce que je cherche à vous rendre heureux ? N'est-ce pas là une manière comme une autre pour voir votre réaction et vous observer. Tout comme les autres j'ai mes qualités et mes défauts. Comment peut-on savoir qui je suis réellement, comment peut-on savoir si la personne que l'on a sous les yeux est réelle ou si ce n'est qu'une illusion. En apparence je peux vous adresser un sourire et un regard chaleureux alors que derrière moi une aura glaciale réside, je ne suis pas du genre à m'ouvrir facilement aux autres, préférant garder mes secrets bien au fond de mon cœur. Une forteresse encerclée par un labyrinthe, c'est ce qui me représente le mieux je pense, ainsi qu'une cour de théâtre où j'ai le rôle de mon choix.

On peut dire de moi que je suis un esprit torturé, que je suis une personne difficile à cerner, ce qui est vrai. De la solitude à de la compagnie, s'il me faut faire un choix, alors je choisi le première. Préférant rester dans mon coin, je n'aime pas trop importuner les gens avec ma présence, c'est dans la tranquillité que je me sens le mieux. Il m'arrive parfois de me faire très discret, à tel point qu'il devint difficile de capter ma présence. Magie ou bien petit tour démoniaque, ce n'est pourtant rien de tout ça, je suis simplement quelqu'un qui sait faire preuve d'intégration. On ne me remarque que très peu, d’une part parce que je ne parle pas souvent, non pas que je n'en ai pas envie, mais tout simplement parce que je n'en vois pas vraiment l'utilité, les mots peuvent avoir tellement d'impact sur une personne lorsqu'ils sont mal utilisés...D’autre part, si on ne me remarque pas c’est parce que je me fond facilement à mon environnement, faisant même disparaître mon aura dans l’obscurité et ma respiration dans la brise. Que se soit au sein d'une société ou bien du décor, je sais m'adapter aux autres en me cachant derrière un petit sourire charmant et ô combien innocent, la vie est faite de mensonge et de ce fait il devient tout à fait normal de se cacher derrière un masque, c'est une barrière comme une autre. La comédie est un art dans lequel j'exerce une certaine maîtrise, bien que par moment, mes instincts reprennent le dessus. Un sourire ne veut rien dire dans ce monde, on ne peut se fier aux apparences, qui sait ce qui se trouve réellement derrière un visage angélique, parfois se sont même les plus machiavélique de tous. C'est triste, mais c'est pourtant la vérité. Si je ne vous répond pas ce n’est pas parce que vous m'ennuyez et ni parce que je ne vous entend pas, c’est tout simplement parce que je n’en vois pas l’utilité par moment. Au risque de mal me faire comprendre je préfère me taire et ne rien dire. Pour le peu que j'ai à dire, mes mots on toujours une grande valeur même si ça ne se ressent pas. Froid et distant c’est ce que vous pourrez voir en premier chez moi.

Dans mon comportement lorsque vous avez réussi à m’approcher vous pouvez voir une allure qui m'est propre. Froid, un peu glacial. Qui y a t'il de plus distrayant que de chercher la petite bête qui se cache derrière une carapace ? Découvrir ce que renferme réellement cette coquille qui est faite de chair et de sang. Je l'avoue, c'est une occupation comme une autre, mais ça reste vraiment amusant. Pour ce qui est de ce jeu, je sais faire preuve de beaucoup d'intelligence et de fourberie, n'hésitant pas une seule seconde à faire usage de mon charme. Vous ne le remarquerez peut-être pas au premier coup d'œil, mais je suis très observateur. Vous pensez que je ne fais pas attention à vous, mais c'est loin d'être le cas bien au contraire. Analysant tout ce qui m’entoure. Je vous vois, je vous ressens, j'analyse le timbre de votre voix, chacun de vos mouvements, je fais attention au moindre petit détail qui pour vous paraît insignifiant mais qui pour moi en dit long, ne serait-ce parce que la plus petite information peut devenir une arme cruelle et dévastatrice. Vos réactions, vos paroles, chaque geste sont analysés afin de pouvoir prendre la meilleure décision que je peux avoir pour: Soit vous attirer dans mes filets, soit vous embrouiller et vous faire tomber de haut. Je n'ai pas vraiment de pitié pour ceux que je considère comme des adversaires, la manipulation et le jeu de la séduction sont mes passe-temps favoris. Calculateur et donc manipulateur, inutile de vous dire comment je me joue de vous. Les mots sont une arme ma foi bien terrifiante, lorsqu'on sait les utiliser, il n'est alors pas difficile d'obtenir ce que l'on souhaite, encore faut-il savoir où frapper. On ne dirait pas comme ça, mais je sais faire preuve de beaucoup de sagesse. Souvent de grandes valeurs, il arrive parfois qu'il s'agit de sages et précieux conseils qui plus tard vous seront très utile pour affronter une quelconque difficulté. Il est vraiment dommage que je ne fasse pas plus souvent preuve de normalité et de compassion, préférant toujours me démarquer des autres. Lorsque j'ai quelque chose à dire, je manque parfois de tact je vous l'accorde. Sincère et honnête ? Uniquement quand la situation me l'accorde. Autoritaire je sais parfaitement me faire obéir, lorsqu’il y a quelque chose qui me gêne vraiment et qui me met un peu hors de moi, vous pouvez être sûr que je n’hésiterais pas à vous le faire comprendre. Si pour vous manipuler je doit vous faire souffrir, je ne me priverais pas de le faire. Fourbe, vigilant et sournois, je sais employer les bons mots pour vous avoir en confiance afin de vous utiliser plus tard. Chaque information, chaque image restent encrée dans mon cerveaux, me causant parfois des maux de tête. Mon intelligence et mon expérience de la vie mon permis de me forger un esprit bien fourbe et vicieux, le sadisme est un mot que j'ignore puisque celui-ci fait parti intégrant de mon âme.

Je vais vous avouer quelque chose. Je suis un pervers. Oh que oui j'en suis un. Si dieu a donnait naissance à des êtres de sexes différents, ce n'est pas pour faire jolie mais bien pour en profiter, je me trompe ? C'est ainsi que moi je vois les choses. Les petits plaisirs nocturnes sont-là pour être consommer, avec modération toutefois et couvert ! C'est une règle assez importante, bien que parfois, je l'oublie vite. Deux corps l'un contre l'autre, s'exprimant par des gémissements et des soupirs, voilà une parade que j'affectionne particulièrement. À part ça je suis aussi très protecteur et possessif, pouvant être capable du pire si jamais il vous venait l'envie de vous en prendre à mes protégées. Accentuant alors dans ces moments-là mes traits de gros méchant sans coeur lorsque ça devient nécessaire, c'est un peu à contre coeur que je le fais, mais il me faut être fort et infaillible.

Curieux ? Bien évidement que je le suis, sans ça, nous n'irons jamais loin. C'est bien la curiosité qui nous pousse à aller de l'avant, à nous méfier de ce qui nous entours, à comprendre le fonctionnement de chaque chose, de chaque individus. Notre monde est bien mystérieux, mais il l'aurait été encore d'avantage si on avait pas chercher à le comprendre, ne serait-ce qu'un peu. Mais voyez-vous, ce qui m'intéresse d'avantage moi se sont vos petites habitudes, vos points faibles, les sujets difficiles et aussi les zones sensibles...Qu'est-ce que j'entends par-là ? Comme si j'allais réellement vous le dire. Pour passer sur autre chose, je peux vous le dire, je peux aussi être gentil. Non non c'est vrai, je vous le jure. Malgré mon comportement quelque peu désinvolte, voir même extravagant, je suis une personne de confiance. Bien naturellement, je le suis qu'avec les personnes envers qui j'ai réellement confiance, il faut que se soit réciproque pour que ça fonctionne. Il m'arrive d'être tendre par moment, ce qui peut faire de moi une personne de bonne compagnie. C'est rare mais ça arrive. Lorsque je me prend d'affection pour quelque chose ou pour quelqu'un, je peux devenir galant et rassurant. J'aime jouer et m'amuser, à ma façon certes, mais c'est comme tout le monde quoi. Rester dans ma coquille de gros méchant n'est pas une bonne chose, j'ai parfois besoin de me détendre.

Calme et sincère, je suis vraiment très serein, voir même pacifiste la plus part du temps...enfin presque. Je suis en réalité d’une gentillesse inimaginable et d’une compréhension époustouflante. La musique m’apaise, en particulier la symphonie de la nature et le chant mélodieux de la lune. Il m'arrive d'être impulsif, pas seulement lorsque je suis en colère mais parce qu'il y a quelque chose qui attire mon attention et qui attise mon excitation. Joueur et taquin, à la fois enfantin et provocateur. Je suis un prédateur parmi tant d'autre, aiguisant mes griffes à la moindre occasion, en proie au moindre défi. Très réfléchit malgré mon impulsivité ainsi que mon agressivité, quelle soit physique ou verbale, j'essaye avant tout de garder mon calme et d'analyser la situation dans laquelle je me fourre afin d'obtenir le meilleur résultat qui soit, en d'autre mot, une réussite. Je ne vous cache pas que je suis rusé et sournois, c'est d'ailleurs ce qui m'a permit d'être présent aujourd'hui. Fier et parfois hautain, lorsque je me laisse emporter, mieux vaut ne pas se retrouver en face de moi. Dans ces moments-là je deviens provocant et méchant, n'hésitant pas une seule seconde à poser les questions qui fâchent et à frapper là où ça fait mal.

Malgré l'image que je donne aux autres, bien qu'on puisse croire que je sois du genre à aimer la popularité, la réalité en est très loin. La solitude est sûrement le sentiment qui m’anime le plus parmi les autres, l'amour est une chose dont je n’ai aucun souvenir, aucune connaissance. Froid et distant, doux et chaleureux, tout s'oppose chez moi et c'est pour ça qu'on arrive pas à me cerner distinctement. Par contre, même avec tous ces jeux d'acteurs, certains instincts restent tel que l'amusement. Lorsque vous avez réussi à franchir le mur de mon cœur vous pouvez être sur de voir une toute autre personne au travers du rideau noir. Dans mes paroles qui paraissent lointaines, vous pourrez ressentir une tendresse profonde et pleine d’amour. Si je ne vous ouvre pas mes bras, c’est de peur de vous faire du mal avec les épines que je garde en moi.

Aimant, je le suis bien plus qu’on ne le croit. C’est vrai que je ne le montre pas beaucoup, que je ne suis pas démonstratif de mes sentiments... Quand je suis heureux, quand je suis triste. Je peux avoir le sens du sacrifice, enfin, dit ainsi ça peut paraître dramatique. Même si je dois souffrir, je vous viendrai en aide, même si la plus part du temps ça m’ennuie, je ne fuirais pas pour vous redonner le sourire. Abandonner…C’est un mot que je déteste plus que tout au monde. Doux et tendre, moi qui pourtant est droit et élégant, gracieux et sans faiblesse, m’arrive d’être maladroit lorsque vous êtes là parce que vous occupez mes pensées. Passer de petit moment avec vous m'attendris, m’apaise. J'ai souvent l'air triste alors que je suis une personne assez joyeuse, ayant la joie de vivre. Dynamique, plein d'énergie, j'aime le combat et l'aventure, bien que par moment, être un peu tranquille de temps en temps ne me dérange pas. Un grand enfant, c'est un peu ce que je suis une fois ouvert aux autres.

Mais vous-savez quoi ? Ne faite pas attention à tout ce que je viens de dire. Je suis du genre à changer pour un rien. J'aime profiter du temps, de la tranquilité, mais aussi d'un peu de compagnie. Je fais la part des choses et en fait, il faut juste être patient pour que je m'ouvre un peu à vous. Les apparences sont trompeuses, Une mauvaise personne peut renfermer un grand coeur, la méchanceté n'est qu'une carapace faite pour se défendre..


Biographie

Au milieu de l'obscurité, abrité sous de vulgaires branches d'arbres, un jeune homme à la chevelure bien étrange se repose et profite d'un instant de répit. Malheureusement, ce n'est que de courte durée, la météo n'est pas de son côté. Une goutte suivit d'une autre vinrent se perdre sur son visage et le sortir de ses songes. Il venait de faire un étrange un rêve cette nuit-là, un rêve sur tout ce qu'il avait vécu jusqu'à maintenant. Doit-il vous en parler avant qu'il ne l'oublie ? Faute de n'avoir personne à qui s'ouvrir, il se prit d'attention pour un petit oisillon à peine sorti de son œuf. Le pauvre est lui aussi seul, sa famille ne doit pas être loin, mais malheureusement elle n'est pas là pour s'occuper de lui, le temps y étant certainement pour quelque chose. Lorsque les premières plaintes du petit se firent entendre, il se mit à sourire avant de se décider à lui conter ce qu'il a vécu, histoire de lui faire passer le temps et de lui donner du courage en attendant le retour de ses parents...

Je vais te passer le passage sur ma naissance, ce n'est pas très intéressant et je ne m'en souviens pas vraiment, un peu comme tout le monde je pense. Même toi tu ne t'en souviendra pas plus tard, c'est pour ça d'ailleurs que j'en profite pour te parler de moi, peut-être te souviendras-tu seulement de ça. « Le monde est tellement étrange, tellement grand. Il y a tant de chose à voir et à découvrir. » c'est avec ce genre de pensée que mes parents ont vécu à travers le monde en voyageant ici et là. Malheureusement pour eux ou heureusement, je ne saurais te le dire exactement, ils n'eurent d'autre choix que de mettre fin à leur voyage pour une durée indéterminée. Et tout ça à cause de quoi ? À cause de moi, de mon existence. L'accouchement avait épuisée ma mère et repartir à l'aventure était bien trop dangereux maintenant qu'ils venaient de mettre au monde le fruit de leur amour. D'une certaine manière ça me fais rire tu sais. Je ne suis pas mécontent d'être venu au monde, bien que par moment, je le regrette. C'est pareil pour tout le monde je pense, il y a toujours un pour et un contre, la balance ne sait jamais de quel côté elle doit pencher. Sais-tu que c'est dans cette petit ville que j'ai fais la plus merveilleuse des rencontres ? Je ne te mens je t'assure. Bon, je ne vais pas te mentir, ce n'est pas aussi prestigieux que de voir une célébrité mais tout de même. Pour moi, elle est la personne la plus formidable qu'il m'est arrivé de rencontrer. T'aimerais bien savoir qui hein ?

Je ne sais plus trop comment je l'ai rencontré, enfin, plus quel jour exactement. Tout ce dont je me souviens, se sont les circonstances. Frêle et fragile, innocente et pleine de joie, une véritable petite pile électrique qui distribuée des sourires à tout va, difficile de l'arrêter dans ces moments-là. Étant née dans cette ville, il n'y avait rien d'inconnu pour moi contrairement à mes parents, mais très vite ils s'y sont habituées, se faisant certaines connaissances, toutes plus ou moins bonnes. Cette personne donc, je l'ai rencontré dans un parc, plus précisément au bac à sable. Cliché n'est-ce pas ? Mais c'est ainsi et on y peut rien. C'est assez flou vu l'époque à laquelle ça c'est déroulée, mais si mes souvenirs sont bons, il me semble que nous sommes devenus amis bien vite lorsque je l'ai débarrassé de deux petiots, un peu peu plus âgés qu'elle, qui lui cherchaient des ennuis. D'après moi ce n'était pas la première fois que ça lui arrivée. Depuis ce jour elle n'a pas arrêter de me suivre, devenant un véritable pot de colle et une machine à câlin, parce que oui, elle profité de n'importe quelle occasion pour agripper à moi et ne plus me lâcher. Mais je dois bien avouer que ça ne me déplaisait pas et qu'au contraire, j'en étais très heureux. Nous étions devenus avec le temps un petit duo inséparable, rare furent les journées où nous n'étions pas ensemble. Depuis que j'étais avec elle, jamais elle n'a eut d’ennuis, jamais elle n'a eut à pleurer parce qu'on l'embêtée, elle rayonnée de plus en plus chaque jour.

J'ai fais une promesse à cette jeune fille, une promesse que je n'oublierai jamais.
* Un petit gazouillement se fit entendre* Hey, attend, j'y viens. Je n'ai pas fait cette promesse comme ça du jour au lendemain, mais lors d'une situation bien particulière, bien qu'imprévue. Ce soir-là j'étais en retard, très en retard. Mes parents avaient eut besoin de moi pour accomplir certaines tâches dont je ne me souviens plus vraiment aujourd'hui. Par contre, ce dont ma mémoire ne me fait pas défaut, c'est que j'étais vraiment très pressé de la retrouver au parc de jeu. J'ai couru dans la rue à m'en faire exploser les poumons, mon cœur battait à toute allure, mes pensées étaient toutes diriger vers elle, la connaissant, je savais qu'elle devait être en train de m'attendre quelque part dans un coin pour qu'on puisse s'amuser comme on avait l'habitude de le faire. Hélas, plus je me rapprochai du terrain de jeu et plus j’entendais des sons qui ne me plaisaient pas. Des cris, des hurlements, des rires et des pleurs, tout un mélange de son qui formaient une mélodie loin d'être agréable. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je suis arrivé de voir ma précieuse amie se faire maltraiter par de vulgaires gamins. J'ai vu rouge en une seconde. Un simple regard posé sur elle avait suffit pour me mettre dans tout mes états, ce qui suivit n'est pas difficile à imaginer. Je me suis lancé sur eux pour leurs mettre une belle raclée dont ils n'étaient pas prêts d'oublier. Comment avaient-ils osés profiter de mon absence pour s'en prendre à ma petite protégée ? Il est évident qu'ils devaient être un poil détraqués. Quoiqu'il en soit, maintenant qu'ils n'étaient plus là, je m'étais retourné vers mon amie pour lui tendre la main et l'aider à se relever, lui faisant à ce moment-là le plus beau de mes sourires. Halala, une vrai pleurnicheuse celle-là, à peine que je venais de l'aider à se lever qu'elle s'était jetée sur moi pour déverser toutes les larmes de son petit corps. La pauvre venait de passer un sale quart-d'heure, mais le plus étonnant était tout de même l’intérêt qu'elle portée à sa poupée, s'inquiétant d'avantage pour cette dernière que pour elle. Vraiment incroyable cette fille-là. En voyant l'état de son trésor, j'ai retiré une épingle à nourrice de mes vêtements pour la lui réparer tant bien que mal, c'est là que je lui ai fait une promesse avant de la voir disparaître au loin dans les bras de ses parents, ne laissant derrière elle qu'un visage à la fois triste et heureux.

Depuis cette fameuse soirée, notre vie quotidienne s'est déroulée tranquillement, ne nous quittant pas un seul instant, elle était de nouveau joyeuse et plein d'énergie. Mais vint un jour où j'ai malheureusement dû partir sans même avoir eut le temps de lui dire au revoir. Tu te demande certainement pourquoi n'est-ce pas ? Disons tout simplement que c'était de la faute à pas de chance. Comme je te l'ai dis au tout début, mes parents étaient des voyageurs et s'ils ont dû s'arrêter dans cette ville c'était uniquement parce que je venais au monde. S'ils sont restées aussi longtemps dans cette ville c'étaient tout simplement pour me laisser grandir et être plus ou moins apte à pouvoir endurer leur rythme. Ce n'est pas par plaisir que nous ayons du partir aussi précipitamment, c'était même imprévu. En plus d'être des voyageurs, ils étaient des mages. C'est en tant que tel qu'ils ne pouvaient rester trop longtemps au même endroit. Pourquoi ? Encore une question qui a besoin d'une réponse. Les mages ne sont-ils pas nécessaire dans ce monde ? Ne sont-ils pas respecter et tolérer par la société ? Bien sûr que si ils le sont. Mais alors pourquoi ? Tout bonnement parce qu'ils étaient recherchés. Non pas spécialement par le conseil mais par un ensemble de guildes noires auxquelles ils appartenaient à l'une d'elles dans le passé. S'ils étaient poursuivit, je crois que c'est parce qu'ils sont partis avec des informations importantes et qu'en plus de ça, ils devaient avoir certainement fait quelque chose d'impardonnable. C'est donc pour cette raison que nous avons dû partir sans ne rien dire de crainte d'attirer des ennuies à nos amies, lançant derrière nous une maison enflammée. Nous ne pouvions pas laisser de trace de notre passage dans cet endroit, nous ne pouvions que laisser de simple souvenir à nos connaissances en espérant que celles-ci n'auraient rien et qu'elles nous oublieraient vite.


Chapitre II

* Du bout de mon doigts je caresse cette petite tête * Tu es adorable tu sais. Tu veux que je continue mon histoire ? C'est vrai que je ne t'ai parlé que d'une partie de mon enfance, certainement la moins excitante. Fuyant donc du mieux que nous le pouvions nos poursuivant, mes parents avaient prit la décision de me parler un peu de leurs origines et de m'expliquer globalement la situation dans laquelle nous nous trouvions. Je ne te dis pas comment c'était compliqué au départ pour moi de tout comprendre, mais très vite je me suis fais une idée de la chose. Ils ne me parlèrent toutefois pas du nom de la guilde à laquelle ils ont appartenu et ni des mauvaises actions qu'ils ont commis dans le passé, peut-être parce qu'ils ne voulaient pas que je me rende compte que mes parents étaient des criminels, des êtres cruelles. Par la suite, ils ont commencées à se demander s'ils devaient où non m'apprendre à utiliser la magie pour pouvoir me défendre plus tard. L'un était pour, l'autre était contre, de ce fait ils ne firent rien pour m'apprendre à part seulement me donner des livres. Si je ne pouvais pas l'apprendre par la pratique, alors je pouvais au moins prendre connaissance des bases. Pour ma part je ne posé pas de question, me contentant de ce qui m'étais offert pour le moment. Tant que j'avais avec moi ma famille, tout m'aller. Malheureusement, toute bonne chose rencontre des difficultés, une vie n'est pas faite uniquement de bonheur.

Notre plus grosse erreur fut de nous être arrêtés dans une taverne pour nous reposer un peu. Le lendemain, à peine étions nous partis que nous furent encercler à l'entrée d'une forêt par nos poursuivant. Ils avaient beau avoir des têtes de méchants, ils n'en étaient pas moins faible face à mes parents, c'était un combat à sens unique...Du moins c'est ce que nous pensions au départ. C'est face à la quantité de nos opposants que ma mère se fit capturer par l'un d'eux et que mon père fut obliger de se rendre. J'aimerais te dire que nous avions été bien traité en leur compagnie, mais ce fut loin d'être le cas. Emmener en premier lieu sur ce qui semblait être un bateau en destination du repère maléfique, j'ai été battu, insulté et humilié, traité même comme une vulgaire bête. Chaque jour durant notre voyage je pouvais entendre le cri de souffrance de mes parents, entendant par moment ma mère de les supplier de me rendre ma liberté. La seule réponse qu'elle pouvait recevoir fut des claques et des rires aux éclats. Plus elle suppliait et plus elle recevait, moi aussi par la même occasion pour que le jeu perdure le plus longtemps. Ce que nous avons subit sur ce bateau n'était rien comparé à ce qui nous attendait là-bas, ce n'était même pas comparable à un apéritif.

Plus nous approchions du repère et plus je pouvais voir sur le visage de ma mère la crainte se dessiner. Mon père quand à lui restait calme sans que je sache pourquoi. Peut-être était-ce tout simplement dans sa nature. Quoiqu'il en soit, une fois arrivée dans l'enceinte du l'antre du diable, j'ai pu voir ma mère se jeter sur moi pour me prendre dans ses bras et me serrer aussi fort que possible. Au rythme de ses sanglots une silhouette commençait à se dessiner dans la pénombre de la pièce, laissant entrevoir une chevelure argenté. Malgré les rumeurs, le physique de cette personne était bien différent de tout ce qu'elles prétendaient. Il n'avait rien d'un ogre ou bien d'un animal, s'il était comparé à un gorille, moi je le voyais plutôt comme un félin. Un prédateur dans l'âme avec un regard fourbe et malveillant, affichant une mine adorable tout en gardant ses griffes bien aiguisées. Magnifique en apparence mais cruel à l'intérieur, sa simple présence faisait trembler de crainte ma mère et ployer mon père. Tous les deux ne pouvaient rien contre lui, pas même se rebeller. Même la magie était inutile dans ce genre de situation. Je ne sais plus trop ce qui a été dit lors de cette entrevu, tout ce dont je me souviens c'est que nous avions été emprisonnés. Réduis à l'esclavage, j'ai dû travailler aux côtés de mon père ainsi que d'autres personnes pour aider à la construction du camp, à l'agrandissement de l'empire ennemi. Je pouvais voir au loin ma mère en compagnie d'autres femmes s’exécuter à d'autres tâches de leur côté. À l'époque je n'avais pas conscience de tout ce qu'elles enduraient, mais aujourd'hui j'ai bien ma petite idée sur la manière dont elles étaient traitées. Dans ce genre d'environnement, ce n'est pas bien difficile à imaginer ce qui pouvait leur arriver...

Je n'ai pas vraiment eut beaucoup d'occasion de revoir ma mère tu sais, tout ce que je voyais d'elle n'était rien d'autre que son dos. Là où ma vie pût changer de tournant fut lorsque le chef de la guilde prit la décision de nous envoyer sur une île. Un soir alors que j'étais en train de dormir, j'ai sentis la main de mon père se poser sur ma bouche pour me réveiller mais aussi me dire de ne faire aucun bruit. Il avait en tête de prendre la fuite après avoir libérer ma mère. Cette leçon ne lui avait pas suffit. Après une première tentative il voulait encore retenter l'expérience de vivre en liberté. Voulant la même chose que lui, je l'ai suivis sans faire de bruit jusqu'à la « cellule » de ma mère pour la sortir de là. Lors des premières heures nous n'avions rencontrés aucun problème, ce n'est que plus tard que les soucis ont commencés. Le calme avant la tempête, à peine le temps de se rendre contre de ce qui se passait, nous étions une seconde fois encerclé. Cette fois-ci je n'ai pas vu mes parents abandonner leur liberté, je les ai vu combattre avec toute la rage qu'ils avaient. Hélas, ce soir là je les ai vu mourir sous mes yeux alors que j'étais caché dans l'obscurité. De mes propres pupilles j'ai pu les voir sombrer dans une marre de sang et rendre leur dernier souffle. Je savais que je ne devais pas rester là, qu'il me fallait partir le plus loin possible et profiter de la liberté que venait de m'offrir ma famille. J'ai passé la nuit dans une grotte, mais à peine le matin arrivé que j'ai dû me mettre à courir aussi vite que je le pouvais, sentant derrière moi les assassins de mes parents. Je sentais les forces de mon corps m'abandonner et la présence de mes assaillant non loin de moi se rapprocher. Je pensais que j'allais moi aussi connaître le même sort que mes parents. Mais d'un instant à un autre, plus rien, plus une seule présence...enfin... La présence que je ressentais dans mon dos n'était plus la même, elle venait de laisser place à une aura menaçante et malveillante. C'était une créature de l'île, une sorte de loup d'environ deux mètres de haut avec des cornes.


Chapitre III

Oh ? Est-ce que tu as peur ? Il n'y a aucune raison de l'être. Cette créature, aussi terrifiante pouvait-elle l'être ne l'était pas tant que ça en fait. Si je n'avais plus de poursuivant c'était uniquement grâce à elle. Il est vrai que sur le moment j'ai bien cru que j'allais moi aussi y passer, que je n'allais pas tarder à rejoindre mes parents. Plus il s'approchait et plus j'avais envie de courir, mais la crainte me rendait incapable de bouger, mon corps m'avait abandonner, je n'étais plus maître de quoique se soit. En mon fort intérieur je priais pour avoir la vie sauve, je me suis même surpris à repenser à cette petite fille, Alessia. Perdu entre la peur et la folie, une voix était parvenue à m'atteindre sans que je ne sache comment et ni d'où elle pouvait provenir. J'ai pris un certain à comprendre que cette voix était celle de mon sauveur, ou plus précise ment, de ma sauveuse. La voix dans ma tête essayait de me calmer, de me rassurer, elle me disait que je n'avais rien à craindre. Comment voulais-tu que je me calme alors que j'avais derrière moi une bête sauvage qui venait de mettre au tapis deux mages ? J'ai beau te dire ça, ce qu'elle me disait à ce moment là parvenait tout de même à me calmer, bien que j'avais toujours un peu peur. Lorsque je me suis retourné pour lui faire face, d'un simple coup d’œil j'ai bien vu que je ne pouvais rien faire contre elle. Mais tu sais quoi ? Ce qui m'a le plus surprit fut l'intensité de son regard, sa profondeur. J'avais devant moi une bête énorme avec un regard tout ce qui y a de plus humain. Se sont surtout ces yeux-là qui m'ont ôtaient toute envie de m'enfuir. Je ne sais plus trop ce qui s'est passé par la suite, enfin, je ne sais plus vraiment ce que nous nous sommes dit. Tout ce que je sais, c'est que le lendemain je me suis réveillé contre elle, bien au chaud, dans ce qui semblait être une grotte. Était-ce parce que je n'étais qu'un enfant qu'elle ne m'avait rien fait ? C'est au départ ce que je pensais, mais bien vite j'ai fini par comprendre que ce n'était pas pour cette raison. Cette louve, aussi effrayante pouvait-elle l'être n'était rien d'autre qu'une mère avec deux enfants, elle ne faisait rien d'autre que de défendre son territoire, sa famille. Ayant perdu la mienne comme elle dans le passé, elle me comprenait et m'avait donc prise sous son aile. C'est beau n'est-ce pas ? C'est vrai que c'est aussi un peu étrange. Un humain devenu l'enfant d'un animal, ça paraît irréel et pourtant c'est bien ce qui m'est arrivé. Elle communiquait avec moi par la télépathie, m'apprenant même qu'il s'agissait d'une magie que sa race avait dé la naissance. C'est vrai que c'est assez pratique pour éviter certain conflit, comme ce fut le cas le soir de notre rencontre. Pour ce qui est de la guilde noire, elle n'a pas envoyait de mage à ma poursuite, me croyant certainement mort après avoir vu les corps de leurs hommes ainsi que de mes parents.

J'ai donc commencé à passer quelques jours en compagnie avec la louve, le temps que je reprenne un peu d'énergie et que la situation sur l'île se calme un peu. Comme tu peux t'en douter, avec la guilde présente sur l'île, il me fallait me faire très discret et d'éviter de me rapprocher de la civilisation, ne sachant pas trop ce qui pourrait m'arriver. Pendant ce temps, grâce à mon amie et à son expérience, j'ai pu apprendre pas mal de chose sur la nature mais aussi sur la magie. Et oui, il n'y a pas seulement les êtres humains qui sachent l'utiliser. Toutefois, dans mon cas, je n'ai pas totalement pu apprendre grand chose si ce n'est qu'à me concentrer et à l'imaginer. Faute de ne pas avoir de maître à mes côtés, j'ai du faire avec ses précieux conseil jusqu'au jour où je suis parvenue à faire briller mes mains. Une toute petite lumière c'est vrai, mais c'était déjà un bon début, il fallait bien commencer par quelque chose. Si tu veux savoir, je n'ai pas passé énormément de temps avec elle, même pas six mois. De loin j'observais l'évolution du camp ennemi en attendant qu'une occasion de m'enfuir s'ouvre à moi, ce qui fut le cas au bout d'un certain temps. C'est à bord de l'un des bateaux servant au réapprovisionnement que j'ai pu avoir ma chance de quitter l'endroit où sont mort mes parents en promettant à ma sauveuse de revenir la voir.
* un petit son aiguë se fait encore entendre * Hum ? Est-ce qu'il m'est arrivé quelque chose sur le bateau ? Je vois que tu es déjà perspicace. En effet, la malchance continuait de me suivre. La première nuit fut tranquille, je ne m'étais pas fait repérer, mais le lendemain par contre se fut totalement différent. La faim commençait à se faire ressentir et du coup je n'ai pas réfléchis sur le moment et me suis mis à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent, ce qui fut la pire de mes erreurs. Est-ce que j'ai été capturé ? Bien évidement, mais pas tout de suite. Alors que j'étais en train de fouiller ici et là, je suis tombé sur une scène que je n'aurai jamais du voir pour mon âge. En dehors de la mort de mes parents et du face à face avec Reika, il n'existe pas beaucoup de chose qu'un enfant ne devrait pas voir.

Je me fessais le plus discret qu'il m'était donné de l'être, appliquant chaque conseil à la lettre pour ne pas me faire voir. Je me suis approché lentement en direction des sons que je pouvais entendre, tentant tant bien que mal de les analyser sans réellement pouvoir y parvenir. Je n'aimerai pas choquer ton petit esprit d'oisillon tu sais, mais si tu y tiens tellement...Et puis de toute manière tu ne t'en souviendra certainement pas. Ce que j'ai pu voir à l’entrebâillement d'une porte était en rien comparable à tout ce que j'ai pu voir où entendre lors de mon séjour en tant qu'esclave dans la guilde. J'étais bien trop jeune pour avoir une idée du sort qui était réservé aux femmes, mais là, avec ce que j'avais sous les yeux, j'en étais parfaitement conscient. Cette barque format géant ne fessait pas le voyage uniquement pour aller chercher de la nourriture mais pour faire un peu de commerce. Quel genre de commerce ? Et bien avec ce que j'ai pu voir à ce moment-là, il était évident qu'il s'agissait de vente d'esclave. Dois-je sincèrement te parler de ce que j'ai vu ? Avec ce que je viens de te dire ça doit être suffisant pour avoir une petite idée sur la chose non ? Des femmes, des sons plus ou moins interloquant et obscènes, inutile que je te fasse un dessin. Quoiqu'il en soit donc, déconcerté par ce que j'étais en train d'assister, je n'ai pas fait attention au petit monde qui s'était rassemblé derrière moi. À cause de la faim je venais de me faire prendre par les membres de l’équipage qui furent d'ailleurs pour certains d'entre eux surprit de me voir encore en vie. Le traitement que j'ai subit fut simple : Des coups venant de toutes part et des chaînes misent à mes poignets et mes chevilles. Je venais de redevenir un esclave alors que j'espérais gagner ma liberté en prenant ce bateau, à croire que j'ai du prendre la mauvaise agence de voyage. Au moins, il y a eut quelque points positifs : Je n'avais plus à me cacher et je n'étais plus seul pour dormir puisque ma chambre fut la même que celle des futures « marchandises ». J'avais un peu de chaleur féminine, un peu d'amour maternel.


Chapitre IV

Ahah, je te vois déjà en train de m'imaginer devenir l'esclave de quelqu'un, mais comme tu peux le voir, si je suis là, c'est que j'ai réussi à m'en sortir. Comment ? Je te l'avoue, ce n'est pas avec ma force que j'y suis parvenue, déjà que niveau magie je n'avais pas encore un bon contrôle, je n'avais que les bases. C'est pendant que nous étions tous endormis qu'un bruit sourd s'est fait entendre à l'extérieur et que le bateau s'est mit à remuer dans tout les sens. Nous venions de nous faire attaquer. Des pirates ? D'une certaine manière oui, mais d'une autre non. Au courant de tout ce qui ce tramait sur l'île et sur la mer, un petit groupe de mage s'était rassemblé pour rendre justice à ce monde impur. Incapable de faire quoique se soit et surtout incapable de bouger à cause des nombreux bras qui m’entouraient , je me demandais ce qui était en train de se passer, ce qui allait nous arriver. Le bruit à l'extérieur avait cessé pendant un instant pour nous laisser entendre le son des clef puis du déverrouillage de notre cellule. Ce que nous nous attendions à voir derrière la porte n'était pas la silhouette de nos sauveur mais celle de l'un de ces vulgaires brigand. Il était complètement atteint par la folie du moment, essayant même de m'attraper par le bras pour certainement se servir de moi comme bouclier humain, comme monnaie d'échange pour sa survie. Malheureusement pour lui, malgré toute la force qu'il pouvait y mettre, il ne parvint pas à m'avoir, bien au contraire, c'est moi qui l'ai eut. Pour je ne sais quelle raison, alors que j'étais en train de pleurer et de prier pour ma vie, j'ai entendu le bruit sourd de son corps tombé sur le sol et vu ma main briller avant de s'éteindre lentement au rythme de ma respiration. L'adrénaline, les sentiments, mon corps avait réagit tout seul et ma magie s'était pour une fois montrée utile. Je n'étais toutefois pas capable de reproduire la même chose, mes forces on commençaient à me lâcher, mon corps n'avait pas supporté la quantité de magie que je venais d'utiliser. À mon réveil je n'étais plus sur le sol mais dans un lit avec à mes côtés l'une des jeunes femmes qui m'avait serrée dans ses bras. Je me souviens encore de son visage lorsque j'ai ouvert les yeux. J'ai eu droit à un merveilleux sourire accompagné par des larmes de joie. Suite à cela elle m'a expliquée la situation, me racontant qu'un groupe de personne était venu à notre secours et qu'actuellement nous étions en direction du continent. Un profond soupir de soulagement s'était échappé de mes lèvres à ce moment-là et mes larmes n'ont pas cessaient de couler. Enfin, enfin j'étais libre, j'allais enfin pouvoir profiter de ma vie. Je me suis même mis à repenser à mes parents, aux tombes que je leur ai fait sur l'île, à Reika à qui j'ai promis de la revoir, mais aussi à cette petite fille que j'ai dû quitter sans lui dire au revoir. Toutes les peines de mon cœur étaient en train de se déverser d'un seul coup sans que je ne puisse mon contenir. J'avais honte de pleurer ainsi devant quelqu'un, mais j'étais à la fois triste d'être seul et de ne plus avoir mon père et ma mère à mes côtés pour profiter de cette liberté. J'allais devoir me livrer à ce monde sans aide, sans personne pour me soutenir.

Le monde est vraiment mal fait. Mais j'étais heureux, heureux de vivre. En moi s'écoule le sang de mes parents et aujourd'hui encore j'en suis fier. Libre de faire ce que je voulais, je me suis mis à étudier la magie avec plus de détermination qu'avant afin de pouvoir bien l'utiliser et de pouvoir un jour me venger des guildes noires. Il me fallait devenir fort pour pouvoir survivre dans ce monde, fort pour pouvoir atteindre mon objectif, mais seul c'était difficile. Je n'avais personne avec qui m’entraîner, personne à qui m'identifier, personne avec qui je pouvais être en rivalité. Je ne savais plus trop quoi faire jusqu'au jour où la personne qui m'avait accueillit à mon réveil me parla d'une personne vraiment très forte qui était de passage dans l'une des villes voisines, parait-il que cette personne faisait partis de ses connaissances. J'étais septique au début, mais avec mon jeune âge la curiosité m'amena jusqu'à cette fameuse ville avec comme information une brève description de cette personne : Vif d'esprit, sage, à peine remarquable, amusante, élégante et parlant avec un langage qui dépasse la courtoisie. Autant dire une personne de l'ancien temps avec un air de bourge. Comme tu t'en doutes, ce ne fut pas une partie de plaisir pour la trouver, je n'ai vu personne correspondant à ce genre de description, j'ai même faillis abandonner. Mais au moment où je me suis apprêté à rentrer, une chaise m'est passé sous les nez à tout vitesse. Un pas de plus et je me la prenais en pleine poire. Tu te demande certainement pourquoi est-ce qu'il y avait une chose qui était en train de voler n'est-ce pas ? Et bien je vais te dire pourquoi. Tout simplement parce que juste à côté de moi se trouvait un bar dans lequel une bataille général venait de démarrer. Instinctivement j'ai voulu me rapprocher, mais très vite j'ai été envoyé valser au loin emporté par une autre personne. Halala, j'ai été écraser par un gros cochon en plus...Mais bref. En me relevant j'ai vu un tas d'autres personnes sortirent du bar en compagnie d'une jeune femme qui n'avait l'air d'avoir rien en commun avec eux. Et en effet, j'avais raison. Ils en avaient après elle. Pourquoi ? Je n'ai savais strictement rien et je m'en fichais totalement, j'étais bien trop absorbé par la suite des événements. L'un après l'autre ils se sont jetés sur elle dans l'espoir de lui foutre une bonne raclée, malheureusement pour eux, tout ce qu'ils purent recevoir comme récompense furent des coups de pieds. Très agile mais également trop forte pour eux, sont combat ressemblait à une danse féline avec une force de tigresse. J'avais totalement oublié la personne que j'étais en train de chercher, je venais à ce moment-là de trouver celle que je voulais avoir pour maître.

Pendant plusieurs jours je me suis mis à la suivre sans qu'elle ne le sache, je l'observai avec attention pour essayer de découvrir le secret de sa force, oubliant totalement la raison qui m'avait amené dans cette ville. Alors que je me cachais derrière l'une des habitations pour l'observer, je l'ai perdu de vue en une seconde, sortant même de ma cachette sous la surprise et la confusion. Ce que je n'aurai pas dû faire en fait. Lorsque je me suis retourné, elle se trouvait-là, devant moi, me dévisageant avec un regard mesquin. J'ai cru mourir, je voyais ma dernière sonnais, je voyais mes fesses devenir rouge à cause de ses coups de pieds. Pourtant, malgré la sentence que je m'attendais de recevoir, j'ai eu droit à une réaction totalement différente. Et oui, au lieu de me frapper elle m'a fait un grand sourire avant de m'attraper par le bras et me tirer contre elle pour me câliner et limite m'étouffer avec sa poitrine, j'ai en effet faillit mourir, mais pas de la même manière que je le pensais. Après cette étreinte elle m'a tapotait sur la tête pour me dire que j'étais mignon mais trop jeune pour elle, que ce n'est pas bien pour un garçon de suivre une fille en douce. Je me souviens m'être mis à rougir sous ses propos, me rendant compte qu'elle savait que je la suivais depuis un petit moment déjà mais qu'elle fessait comme si de rien était. Ensuite, elle m'a demandé ce que je lui voulais, et c'est là que je lui ai demandé de me prendre avec elle, de faire de moi son disciple, ce qu'elle refusa en me riant au nez après s'être penchée pour mettre en valeur son décolleté. Qu'elle vicieuse celle-là. Mais ce n'est pas pour autant que j'ai abandonné, loin de là-même, ça m'avais même encore plus donné envie d'être son élève. J'ai donc continué à la suivre encore longtemps et elle s'amusait à me fausser compagnie pour que je perde. À cause d'elle je me suis même retrouvé dans une situation bien embarrassante, un genre de clan envers qui elle avait des dettes m'avait prit en chasse en pensant que j'étais son petit frère ou bien son enfant.


*Cette fois c'est un petit chant qui se fait entendre* Hey, ce n'est pas une raison pour rire tu sais. Ce n'est vraiment pas marrant. Enfin...Aujourd'hui oui, mais pas quand ça m'est arrivé. Je reprend donc. Alors que j'étais en train de la suivre, un groupe d'ours mal léchés s'est mit à m'encercler pour ensuite m'attacher et m'emmener avec eux dans ce qui semblait être leur planque. Un endroit sale et vraiment de mauvais goût, sentant l'alcool à plein nez ainsi qu'une autre odeur dont je ne pas très envie de t'en parler. Ils ont finit par lui envoyer une lettre de menace, comme quoi si elle ne leur rendait pas leur argent qu'elle ne me verrait plus. Comme si ça allait la faire venir, elle en avait strictement rien à faire de moi, la preuve, je restais au moins une semaine là-bas. Les pauvres commençaient à perdre patience. Ils n'étaient pas bien méchant en fait, ils ne voulaient rien d'autre que leur argent, c'est pour ça qu'ils ne m'avaient rien fait jusqu'à présent. Mais au bout d'un moment ils en ont eu marre et voulurent mettre fin à ma vie faute de ne pouvoir avoir ce qu'ils recherchaient. Malheureusement pour eux, je n'avais pas passé mon temps à ne rien faire depuis que j'avais regagné ma liberté. Tout ce temps que j'ai passé à m’entraîner porta ses fruits. J'ai réussi à mettre au tapis une bonne partie du groupe, mais fasse à de réels mages j'étais sans défense, je n'étais encore qu'un enfant et j'ai vraiment cru que j'allais mourir. Je m'attendais à recevoir mon châtiment lorsque soudainement j'ai entendu l'une de ces vermines crier. En ouvrant les yeux j'ai pu voir la silhouette que je pourchassais depuis quelques jours. Tu veux savoir la meilleure ? Elle s'est mise à sourire comme une délurée avant de dire quelque chose du genre : « Hey !Onee-chan est arrivée, gamin. Prépare toi à devenir mon jouet» Suite à cela elle s'est complètement déchaînée et a même faillit m'emporter avec eux, heureusement pour moi que j'avais un minimum de réflexe et que je l'avais bien observer. J'étais devenu capable de la suivre dans cette lutte, C'est à partir de ce jour là qu'elle a acceptée de me prendre avec elle...Chose qui entre nous, je n'aurai certainement pas dû insister...


|- Derrière l'écran -|


|- Prénom -> Jimmy
|- Age ->20
|- Sexe -> Masculin
|- Comment avez-vous connu le Forum? -> Top site
|- Commentaire? ->Pour le moment, Aucun.
|- Code de Règlement ->




Dernière édition par Shannon Valchera le Jeu 21 Juin - 22:47, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Valchera

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 26
Localisation : Pas bien loin de toi.

Magic Fiche
Plus sur vous:
Joyaux(Argent)::
1500/10000  (1500/10000)
Magic'xpérience(xp)::
3551/8500  (3551/8500)

MessageSujet: Re: Shannon Valchera [Terminer]   Mer 2 Mai - 15:56



Biographie


Chapitre V

Je vais te surprendre mon petit. Sais-tu que cette femme s'appelle Kanzaki est qu'elle était en réalité la personne dont on m'avait parler ? Hallucinant n'est-ce pas ? Surtout que la description qu'on m'avait faite d'elle était totalement le contraire. Joueuse et vulgaire, je n'avais beau être qu'un jeune homme, elle me traitait comme un esclave. Pour pouvoir la suivre et apprendre la magie à ses côtés, je devais devenir son jouet, son homme à tout faire. Portant ses bagages lors de nos voyages, c'était toujours à moi d'aller nous trouver une chambre pour dormir ou d'aller lui acheter un souvenir. Une ermite en force, elle vivait du voyage et de l'aventure comme mes parents. À chaque fois qu'elle en avait l'occasion, elle me prenait dans ses bras pour m'étouffer avec ce que la nature lui a offerte, souriant à chaque fois comme une idiote et moi rougissant alors qu'avec le temps j'y étais habitué. J'ai beau me plaindre, elle était une véritable mage et un merveilleux maître. Il n'y a pas un seul jour où je ne me suis pas entraîner avec elle, apprenant la maîtrise du sabre mais aussi du corps à corps. Il me fallait au départ travailler mon corps, pour ensuite pouvoir m’entraîner à la magie. Autrefois je ne fessais aucun progrès, mais très vite, en à peine deux mois avec elle j'étais déjà capable d'utiliser la magie sans fournir le moindre effort, sans ressentir le moindre affaiblissement de mon corps. Je commençais à m'endurcir et à m'habituer à ma nouvelle vie, enfin presque, il y avait toujours son comportement qui était gênant. Où que nous allions, il fallait toujours que l'on s'arrête dans un bar pour y faire la fête et nous faire remarquer. D'accord je l'avoue, elle était belle, séduisante et possédait des formes quelque peu généreuse et obscène, ce qui ne laissé pas les gens de passages insensibles à son charme et qui du coup était pour la plus part du temps source de conflit et de bagarre. La vie avec elle était pleine d'action. Alcool et baston, voilà deux de ses mots favoris, le troisième étant quelque chose de plus pervers et dont je ne préfère pas parler. Je me souviens une fois que nous nous sommes arrêter dans une auberge avec un bain en plein air. J'étais heureux de pouvoir prendre un bain après autant de temps passer dehors, j'allais enfin pouvoir me détendre et faire le plein d'énergie. Mais va savoir ce qui lui a prit, cette idiote avait trouvée le moyen pour venir me rejoindre dans la plus simple des tenues qui soit, ne faisant aucunement attention au regard que j'aurai pu poser sur elle. Une véritable perverse cette femme. Et tu veux connaître son excuse ? Oui ? Et bien c'est quelque chose du genre : «  C'est normal de prendre un bain ensemble quand on voyage après autant de temps. Et puis tu n'es qu'un gamin »/ Ahah. Idiote. Une excuse à la noix qu'elle ne s'est pas gêné à utiliser à chaque fois que nous étions dans ce genre d'endroit. Venant se mettre dans mon dos pour me prendre dans ses bras et poser sa tête sur la mienne. Je ne vais pas te le cacher, même si j'étais gêné, dans un sens j'étais heureux de pouvoir être dans les bras de quelqu'un. Je n'étais encore qu'un gosse qui avait perdu ses parents et qui avait encore à l'époque un esprit innocent.

Aujourd'hui ce n'est plus le cas, j'ai bien conscience des joies que peut nous offrir la nature. Mais pour en revenir à mon histoire et plus précisément à mon apprentissage. Outre sa perversité, son manque de pudeur et tout ces petits défauts qui font sa personnalité, je l'aimais énormément. C'est elle qui m'a véritablement apprit à utiliser ma magie, c'est grâce à elle si je suis aussi fort aujourd'hui. Au début mon premier devoir était de concentrer ma magie en un seul point, d'imaginer la lumière tenir dans ma main puis disparaître pour au final revenir dans la forme que je souhaitais. La première chose que j'ai matérialisé avec la lumière fut un sabre identique à celui de mon maître, ce qui avait eu pour effet de la faire pleurer. C'était pour elle comme une marque de reconnaissance, de remerciement, elle m'avait même serrée dans ses bras de toute ses fores. Depuis je n'ai pas arrêté de m'exercer lorsque j'en avais l'occasion, me prêtant avec elle à des simulations de combat avant de finir par réellement en faire avec d'autres mages. Bien que nous n'appartenions à aucunes guildes officielles, rien ne nous empêchaient de faire ici et là quelque mission pour gagner un peu d'argent, après tout, comment est-ce qu'on allait faire pour se payer à manger dans des restaurants ? Et surtout, comment est-ce que tu crois qu'elle a pu continuer à se payer de l'alcool à chaque fois ? Ce n'est pas uniquement grâce à son charme hein mais bien à des missions. La plus part d'entre elles furent des exterminations en tout genre, passant des singes de la forêt à ceux de la montagne pour en venir à des créatures bien plus coriaces ainsi que des petites guildes de malfrats. Très vite j'ai prit le rythme, très vite mes attaques devinrent puissantes et dévastatrices, acquérant petit à petit de l'expérience dans chacun de mes combats. Tout en menant à bien mon apprentissage à ces côtés, je n'ai cessé de mêner ma propre quête, celle de retrouver la petite fille que j'ai malheureusement perdu de vue à cause de nombreux évênements. Mon regard était souvent posé sur Kanzaki-sensei, je continuais de l'observer même en missions, apprenant toujours d'elle et de ses adversaires, il me fallait devenir son égal. J'étais en rivalité avec elle et c'est certainement pour cette raison que j'ai vite évoluer. J'ai prit connaissance de ce qu'était des Dragon Slayer ainsi que celle des 10 Mages Saint. Je m'étais même surprit à me demander si elle n'en avait pas été une à un moment. Mais je n'ai pas été plus loin dans mes recherches, préférant ne pas trop en savoir sur son passé. Nous avons fait la rencontre d'un tas de magie différentes, et moi, curieux comme je l'étais me je me suis intéressé de prêt à celle des constellationnistes. Que se soit avec mes parents, Reika ou mon maître, j'ai toujours adoré regarder les étoiles. C'est cet intérêt qui m'a d'ailleurs permis à apprendre une seconde magie en plus de celle de la lumière dont ma maîtrise avait déjà commencée à faire parler d'elle. Quand on voyage on commence forcément à se faire un nom, on commence à parler de nous, surtout lorsqu'on exécute des missions qui sont assez bien vu par la société. Nous formions un duo remarquable elle et moi, exterminant sur notre passage tout ce qui s'y dressaient, vidant les bars à chaque fois qu'elle s'y arrêtait. Nombreuses furent les rumeurs qui ont circulé à notre sujet.

Vint un jour, où je venais d'avoir mes dix-sept ans, qu'elle m'annonça qu'elle ne voulait plus de moi. Sur le coup je n'ai rien comprit à son délire et me suis même demandait si elle n'avait pas bu un petit verre en cachette. Malheureusement pour moi, ce n'était pas le cas. Ce qu'elle voulait dire c'est que j'étais maintenant en âge pour prendre mon envol, pour partir à l'aventure sans elle. Bien évidement, de mon côté je n'entendais pas la même chose, je ne voulais pas me séparer d'elle, je n'y voyais aucune raison particulière. Pourtant, comme tu peux si bien le voir, je suis bien seul, elle n'est pas avec moi.
* caresse du bout du doigts la tête de l'oisillon* Laisse moi tout de même te raconter ce qui m'a fait accepter sa proposition. Trop préoccupé parce qu'elle m'avait dit, je ne fessais plus du tout attention à mon entourage et encore moins aux endroits où nous nous rendions, je voulais à tout prix la faire revenir sur ses mots, mais rien n'y faisait, elle était déterminé à vouloir me laisser. J'ai cru qu'elle voulait m'abandonner, qu'au final, qu'après tout ce temps passé, que je lui été inutile. Je sais que ce n'est pas le cas, mais y a deux ans je n'étais qu'un idiot, aujourd'hui encore peut-être un peu. Quoiqu'il en soit alors que nous nous sommes tous les deux disputés, je suis partis en courant pour me calmer un peu, ne faisant pas du tout attention à l'endroit où je m'étais arrêter. Ce n'est qu'une fois que la pluie s'est mise à tomber que je m'en suis rendu compte. Je me souviens parfaitement de cet endroit, c'est là où je suis née, c'est ici que j'ai fait la connaissance d'une personne très importante pour moi et à qui j'ai fais une promesse, cette même personne que je n'ai cessé de rechercher partout où l'on allait. Comment n'ai-je pas pu m'en rendre compte plus tôt ? C'est en sachant certainement tout ça qu'elle m'a dite ces paroles. Je comprends maintenant pourquoi elle avait eut ce comportement envers moi, c'est pour que je me prenne en main et que je fasse le premier pas. Elle est apparrut derrière moi et m'a prise dans ses bras, me chuchotant à l'orreille de douces paroles pour me dire combien elle a était heureuse de m'avoir à ses côtés et qu'elle le sera d'avantage lorsque j'aurai accomplis ma propre mission. Une nouvelle fois je venais de faire une promesse, mais envers elle cette fois-ci, je venais de lui promettre de revenir la voir une fois tout terminer. Nous nous sommes séparaient le lendemain.

Ça va faire maintenant deux ans que je voyage seul à la recherche de mon amie d'enfance. J'espère que je pourrais la retrouver.
* À ce même moment, dans un battement d'ailes la mère du petit arriva. * Comme toi tu as pu revoir tes parents. * Dans un petit sourire je le repose dans son nid et descend de mon arbre, levant la tête au ciel pour regarder le soleil qui venait d’apparaître en balayant derrière lui la pluie.* C'est maintenant que mon voyage commence, où plutôt, qu'il se poursuit.

Fin ~





_________________







Dernière édition par Shannon Valchera le Jeu 21 Juin - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shannon Valchera [Terminer]   Jeu 3 Mai - 12:46

Coucou ^^ ,

Alors j'ai rien a dire ! Tout est parfait ! Et comme je te l'ai dit sur la Cb, et je ne le répéterai jamais assez, j'ai jamais vu une prés aussi longue ! xD Mais bon, ca vaut la peine ! Parce que tu t'es mérité un beau rang S ! x)


Fiche validé ! Mage de Rang S !

Tu peux aller faire ta Fiche technique en paix ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Akiko Daigaku
Admin
Admin
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 25
Localisation : quelque part dans fiore!

Magic Fiche
Plus sur vous:
Joyaux(Argent)::
0/10000  (0/10000)
Magic'xpérience(xp)::
1901/3500  (1901/3500)

MessageSujet: Re: Shannon Valchera [Terminer]   Jeu 31 Mai - 4:34

sous la demande de Shannounet, je lui ais deverrouiller sa fiche, car il va faire des petit modification Cool

_________________
Spoiler:
 

Invité oserais-tu m’énerver? hum... j’espère que non! ^_^
La mort est quelque chose dont personne ne voudrais, la vie est une chose si belle qui mérite d’être là pour chacun d'entre vous. mais est-ce que la vie est comme ce dont vous l'avez rêver? non ! alors Akiko Daigaku vivra là où la torture et le sang est la seul loi dans se bas monde !

le collier d'akiko et freya => http://ecx.images-amazon.com/images/I/41DifwlVI-L._SL500_AA300_.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shannon Valchera [Terminer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shannon Valchera [Terminer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daiklan Écuyer d'Émeraude(Terminer)
» 06. Let play the country ft Shannon Beiste
» je croyais que c'était terminer...
» Shannon Beiste - One Bourbon, One Scotch, One Beer
» Shannon Beiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAIRY TAIL RPG :: Commencement :: Identité des mages :: Présentations des mages-
Sauter vers: